aller bosser à vélo

Quand on débute en vélotaf, il n’est pas toujours évident de savoir comment s’équiper. Je vous propose aujourd’hui 10 accessoires quasiment indispensables pour aller bosser à vélo.

Aller bosser à vélo, c’est bon pour le moral, le physique et le porte-monnaie. Certes, il y a des GCUM complètement énervants, parfois une météo capricieuse ou un souci mécanique.  Mais globalement, aller bosser à vélo est la solution bonheur pour les navetteuses et navetteurs.

La sonnette pour aller bosser à vélo

aller bosser à véloQu’elle soit mécanique, électronique ou à air, elle est indispensable (en plus d’être obligatoire), pour se faire entendre, et même se faire respecter. Retrouvez quelques suggestions dans ce précédent article.

Pour ma part, même si j’avais adopté l’Airzound (en photo sur mon vélotaf, en tête d’article) après que mon Mega-Horn ait rendu l’âme, je suis revenue à un modèle électronique, le Hornit, encore plus puissant (140db) et moins encombrant.

Le rétroviseur pour tenir le trafic à l’oeil

aller bosser à vélo

Il est absolument indispensable à mes yeux, car il vous permet de savoir en permanence ce qui se passe derrière vous, pour gérer et anticiper toute situation. Il existe un large choix de rétroviseurs, vous en trouverez un forcément adapté. Préférez les modèles fixes si votre vélo reste attaché dehors, afin d’en limiter le vol.

L’éclairage pour se signaler

Il est obligatoire, certes, mais il est aboslument indipensable, pour voir et être vue, que ce soit lorsqu’il fait nuit ou si les conditions de visibilité sont mauvaises (brouillard). Choisir un éclairage puissant et homologué, que ce soit à l’arrière comme à l’avant. Sachez que l’utilisation d’un gilet fluo seul ne suffira jamais à vous rendre visible.

L’éclairage peut être fixe en étant alimenté par une roue avec moyeu dynamo. Il existe des modèles de roues très bien conçus qui ne vous ralentiront pas en pédalant.

Si vous optez pour un éclairage amovible, outre la puissance, une bonne autonomie fera gonfler le prix. L’inconvénient est que vous devez le retirer lorsque vous stationnez votre vélo à l’extérieur… Pour ma part, je suis adepte des lampes Lezyne (power drive XL).

aller bosser à vélo

mes Monkeylectric M210 et M232

Enfin, si vous voulez ajouter des lumières ludiques, pensez aux éclairages latéraux de roues: sécurité et capital sympathie accrus!

Un bon cadenas en U

Un bon U coûte cher… Cependant il ne faut pas hésiter sur le prix d’achat de ce dernier, mais penser au prix de votre vélo. On préconise d’investir dans un modèle d’une valeur équivalente à 10% minimum de celle de votre destrier.

Il est préférable d’avoir deux cadenas en U:

  1. un pour attacher à la fois la roue avant et le cadre de votre vélo au support,
  2. le second pour la roue arrière avec le cadre. Vous pouvez aussi investir dans un bordo à la place d’un second U.

Plus le U sera petit, et plus il sera difficile à faire sauter, mais cela limite les points d’attache. Pour ma part, j’ai deux cadenas U, un grand et un petit (j’ai toujours ce dernier dans ma sacoche en cas d’arrêt imprévu) et un bordo (quand je ne peux pas prendre le grand U).  La FUB teste la résistance des modèles de U en vente, n’hésitez pas à consulter leurs résultats de tests de cadenas vélo.

aller bosser à vélo

Mes deux U et mon Bordo

Sur les cadenas, lors de l’achat, on retrouve très facilement aussi des infos sur la résistance du cadenas. Ce Master Lock, ici en exemple, propose un cadenas, certes assez lourd, mais très résistant: niveau 15 sur échelle de 15.  Dans tous les cas, bannissez les antivols souples, ils sont trop faciles à couper et à ouvrir.aller bosser à vélo

Antivols de roues et de selle de vélo

Ce sont les précieux alliers de votre U.

Système TranzX installé sur mes roues

En effet, il vaut mieux éviter les attaches rapides communément installées sur les roues et la tige de selle. Ces antivols sont des attaches à vis qui ne peuvent être utilisées qu’avec la clé ayant la bonne empreinte.

aller bosser à vélo

Ce n’est pas très cher (entre 20 et 30 euros) et pas plus difficile à utiliser que les attaches rapides. Et surtout, elles renforcent la sécurité pour attacher votre vélo, car les supports pour fixer un U ne sont pas toujours pratiques pour attacher roues et cadre en même temps.

La tenue de pluie pour aller au travail au sec

Le choix ne manque pas pour trouver ce qui vous convient: cape de pluie,  ou veste & pantalon étanches, des guêtres pour protéger vos chaussures. Choisissez la tenue qui vous apporte le plus de confort et de praticité, chacune de nous ayant ses préférences!

Garde-boue pour rester propre à vélo

Même si vous ne vélotafez pas quand il pleut, ils restent utiles sur route encore mouillée ou sale, car ils protègent aussi bien votre vélo (sel, gras) que vos vêtements. Il existe des systèmes de fixations qui permettent de pallier au manque d’oeillets de certains cadres, pour installer des garde-boue.

Trousse à outils pour parer à un souci mécanique

Elle est indispensable, et doit contenir une chambre à air, un kit de réparation (rustines, colle), un multi-tools, une pompe et un démonte pneu.

Le porte-bagages pour rouler confortablement

Choisissez un porte-bagages fonctionnel et une sacoche étanche facile à mettre et à enlever. J’apprécie particulièrement les systèmes à fixations polyvalentes. Pour ma part, j’ai un porte-bagages Add-it de Racktime, qui me permet de cliper aussi bien un panier du même fabricant, que des sacoches Ortlieb city (voir tout ensemble comme sur la photo).

Sachez qu’il existe des systèmes de fixations de porte-bagages pour les vélos ne disposant pas d’oeillets.

GPS pour circuler en ville

Pas vraiment indispensable pour aller bosser à vélo me direz-vous, quoique… Il me donne l’heure sans décoller les yeux de la route quand j’ai un créneau horaire un peu serré. Il me permet d’avoir une cartographie à portée de main si nécessaire. Et il m’informe sur les notifications de mon smartphone (utile si c’est un message urgent, je sais que je dois m’arrêter pour téléphoner).

Une montre multi-sports peut être une excellente alternative si vous n’avez pas besoin de cartographie embarquée.

Alors mesdames, quels sont vos accessoires indispensables pour aller bosser à vélo? Des expériences à partager?

Sources photos: Vélizienne et Kevin Guenot

Étiquettes :


3 commentaires à propos de “10 accessoires indispensables pour aller bosser à vélo”

  1. Marc dit :

    Bonjour,
    je déconseille les GPS. ça prend du cerveau et de l’attention, surtout s’il est positionné pour le regarder pendant qu’on roule…
    Et un peu moins d’électronique, ça ne fait pas de mal pour la planète… 🙂

    1. Philippe dit :

      Oui et non, je ne fais pas tous les jours la même route, mon taf consiste précisément à tester des itinéraires. Alors le GPS (une appli sur le smartphone) permet de suivre un itinéraire et a plus de souplesse que le bout de papier pour se dépanner au cas où l’itinéraire proposé par Google Maps n’existe pas.
      Je ne le regarde pas en roulant, sauf les messages envoyés par l’oreillette, dont je teste la pertinence, je m’arrête pour le consulter.
      Prévoir quand même sur le support (fabrication maison, un bijou de menuiserie de précision) une place pour un gros power pack. Ou alors une batterie d’appoint dans le bac de transport de 30 l sur le porte-bagages.

  2. Philippe dit :

    Trousse d’outillage.
    Je roule avec 2 chambres à air. Je n’ai pas le temps de réparer une crevaison ni même de tester la réparation. Ça ne dispense pas de la trousse de réparation des crevaisons, mais c’est la solution de la dernière chance.
    Il faut pouvoir faire quelques réglages de base comme un ajustement du réglage du dérailleur ou des freins.
    Si l’itinéraire est dur pour la chaîne et celle-ci un peu âgée, prévoir la rupture et donc deux maillons de raccordement, un bout de chaîne et l’outillage pour extraire le maillon endommagé (ni lourd ni cher ni encombrant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.