TOP

La terre à bicyclette, 9 ans autour du monde à vélo

Fonder une famille à vélo à travers 55 pays et parcourir 75 000 km en pédalant... Découvrez la splendide histoire d'Alice et Andoni! Séquence émotions!

La terre à bicyclette, 9 ans autour du monde à vélo

pub

Fonder une famille à vélo à travers 55 pays et parcourir 75 000 km en pédalant… Découvrez la splendide histoire d’Alice et Andoni! Séquence émotions!

Vivre pleinement son amour à deux roues… Alice et Andoni nous font part de leur incroyable expérience cyclable: un voyage à vélo qui a duré 9 ans et qui fut plein de surprises… Deux petits bouts sont issus de ce périple merveilleux! Alice et Andoni nous racontent ce qui les a motivés à partir et ce qui les a surtout poussés à continuer!

Plus de liberté et de possibilités à vélo

Le vélo s’impose comme le moyen de transport idéal des globe-trotters, de ceux qui ont envie de découvrir un pays jusque dans ses sentiers battus. Alice et Andoni pourtant cyclistes au quotidien n’y avaient même pas pensé: «on n’avait jamais envisagé de prendre le vélo pour voyager. Un jour, dans un parc, on et tombé sur un cycliste présentant son voyage en Afrique à vélo. On a trouvé le moyen de transport idéal pour partir en voyage. On a la liberté d’aller où on veut. On a pas la carrosserie de la voiture, où on est dans une bulle et on ne va pas du tout à la rencontre de l’autre».

Un voyage… sans retour!

Bien avant l’amour du vélo, le couple avait déjà le goût du voyage, nous confie Alice. «On était plutôt voyageurs. Avec Andoni, on s’est rencontrés en Ecosse. On voyageait dès que possible. Seulement, on était toujours frustrés par le retour et le manque de liberté qu’on avait en se déplaçant en transports en commun, toujours coincés sur les trajets touristiques».
Un voyage sans retour, rien de tel pour se débarrasser de la frustration de la fin de voyage! C’est comme ça qu’est né un nouveau projet pour les amoureux: «On avait comme objectif de mettre un maximum d’argent de côté pour partir longtemps. Se donner juste une date de départ et se laisser aller au voyage». Ce n’était bien sûr pas sans la crainte que ça ne nous plaise pas, tout simplement…
Au final, il semble que Alice et Andoni aient apprécié l’expérience: le voyage a duré 9 ans, dont 7 ans sur les routes. Ce jeune couple a même vu naître leurs deux enfants entre deux voyages. «À la base, on ne s’était pas mis en tête de faire le tour du monde. On est partis pour la Hollande, pour commencer tout doucement et après on allait voir si on continue ou pas».

Voyager à vélo c’est s’ouvrir à l’autre

De la Hollande, à Berlin et de Berlin au reste du monde. Après leurs premières centaines de kilomètres, Alice et Andoni prennent goût au périple. L’effort, le voyage au quotidien et les rencontres seront le moteur de ce voyage. «À vélo, on donne une impression de fragilité à l’autre. Et il y a un respect pour l’effort qu’on a fait pour venir chez lui! C’est ce qui fait que le vélo est un beau passeport, comme à pied, sauf que je peux prendre beaucoup plus de choses».
Lorsqu’on aborde ses motivations, Alice (anthropologue de formation) parle souvent des rencontres qu’ils ont faites. «On oublie vite toutes les difficultés de la route parce que le soir, on rencontre des gens. On est parfois restés jusqu’à 6 semaines chez des gens qu’on venait de rencontrer. » Ça, ça nous transporte, non?

Mais comment c’est le quotidien sur deux roues?

Le quotidien d’Alice et Andoni va s’articuler autour du vélo. Se lever le matin, partir, pédaler jusqu’à planter le bivouac ou jusqu’au village suivant. «Pour moi, c’était important de rentrer dans le quotidien des gens et le vélo aide beaucoup à cela. Il permet d’aller de village en village. Quand on arrive dans un village en fin de journée à vélo, on fait sens. Les gens ne te font pas faire 60 kilomètres jusqu’au village suivant».
Une vie dans l’instant, où on profite du moment présent, qu’il soit bon ou mauvais. «Même si je suis dans une galère invraisemblable, il y a toujours quelqu’un qui arrive et qui me sort d’affaire. Pour nous, ça a toujours été le cas».

Une réceptivité qui dépend évidemment de la culture dans laquelle on se retrouve. «Il y a des cultures où le voyageur est plus présent, comme dans tous les pays d’Asie centrale ou du Moyen Orient. Et puis, en Espagne par exemple, la maison est quelque chose de très privé. Dans des cultures comme ça, les gens ne vont pas nous inviter chez eux mais vont nous aider à trouver un endroit pour nous loger. Partout, on a été aidés et accueillis».

Devenir maman à vélo

Après un premier voyage de 3 ans et 3 mois, Alice et Andoni rentrent pour voir naître leur fille Maia. Le vie sédentaire suis son court mais l’envie de repartir est là. En 2010, Ils reprennent la route à trois, direction l’Amérique du sud. Après 3 autres années sur la route, Maia a bien grandi et son petit frère Unai voit le jour.
Une grossesse en voyage, c’est le moyen de vivre sa grossesse de manière plus libre.

«Je suis libre de faire ce que je veux. Par exemple les 3 premiers mois, je faisais une sieste tous les jours, ce qui n’est pas possible pour une femme qui travaille. Il n’y a pas, non plus, les contraintes du quotidien, la bienveillance et les conseils des autres qui sont parfois un peu anxiogènes».

Avec un ou deux enfants, cela n’empêche pas Alice et Andoni de continuer à voyager. Cela demande juste un peu d’adaptation pratique. «On avait une remorque, qu’on avait reçue en cadeau de naissance. Quand on est repartis avec Maia, elle était dans cette remorque. Quand Unai est né en Bolivie, on l’a mis dans un petit hamac dans la remorque. Touts petits, ils ne sont pas super fans donc on l’a beaucoup porté sur le dos dans un porte-bébé.»

Et maintenant?

Aujourd’hui Alice et Andoni ont besoin de se poser, d’identifier leur chez eux. « On a la famille et nos amis qu’on est toujours contents de revoir. Ce qui est difficile, c’est de reprendre un emploi». Un tel changement de rythme durant 9 ans, on imagine comme ça peut être difficile de reprendre des horaires de bureaux et d’école.
Mais les amoureux continuent encore un peu leur voyage… à leur manière! Ils vadrouillent, de colloques en conférences pour présenter leur film «La Terre à Bicyclette». On vous laisse d’ailleurs avec un aperçu des magnifiques images qu’ils ont glanées lors de ce voyage plus qu’extraordinaire!

 
Pour retracer tout le chemin parcouru par Alice et Andoni, on vous invite à visiter leur site web plein de beaux récits et d’images 
Et vous, vous avez envie de nous raconter de fabuleux récits à vélo? Contactez-nous!

pub

Commentaires (1)

  • Avatar

    Karine

    J’ai trouvé cela magnifique nous avons cette envie nous aussi de voyage familial en vélo. Lire ce texte et voir ce petit vidéo nous motive a suivre notre cœur et de foncer. 🙂

    répondre

Ajouter un commentaire